You are currently viewing Le poids des mots

Le poids des mots

Chère Maîtresse,

Je vous prie d’ores et déjà d’excuser la note épouvantable de mon fils en dictée cet après-midi (oui oui, celle qu’il n’a pas encore faite). Je vous jure qu’il a révisé d’arrache-pied, mais il est épuisé et j’en prends l’entière responsabilité.

Il faut dire que le pauvre enfant a eu un week-end chargé. On organisait sa fête d’anniversaire. Seulement voilà : il est loin, l’âge de la pêche à la ligne, maintenant on veut la soirée cinépyjama avec tous les copains.

Comment, dites-vous ? Je les ai couchés trop tard ? Mais que nenni, à dix heures, ils étaient au lit ! Seulement… il y a eu la bataille de coussins (je trouvais ça étrange, tout ce bruit au-dessus de ma tête, mais bon, je n’ai rien dit…). Et puis il y a eu le concours de blagues (j’étais derrière la porte, non pas pour écouter mais pour surveiller. Ah, ils se sont bien marrés, croyez-moi, et moi aussi d’ailleurs !) L’heure tournait, mais bon… je n’ai toujours rien dit. Pourquoi, dites-vous ? Mais parce que c’est ça la vie, les amis, les sourires. Ah, chère maîtresse, je suis navrée, tout est parti à vau-l’eau et ils se sont couchés à une heure tout à fait indécente. Mais que pèse une dictée contre un souvenir à vie ?

Très chère maîtresse, ne nous jugez pas mal. On n’est pas sérieux quand on a neuf ans, et encore moins quand on est une maman. Si cela vous console, appelez-moi, je ferai la dictée. Je ne vous décevrai pas: comme je vous l’ai dit, nous avions franchement bien révisé.

Veuillez agréer mes salutations les plus sincères,

Aurélie