Chère Maîtresse,

pas d’humour aujourd’hui, seulement de l’émerveillement en recevant le livre écrit et illustré par nos enfants dans le cadre du concours Calamagui.

Chère Maîtresse, pas d’humour aujourd’hui, seulement de l’émerveillement en recevant le livre écrit et illustré par nos enfants dans le cadre du concours Calamagui.

Chère Maîtresse,

pas d’humour aujourd’hui, seulement de l’émerveillement en recevant le livre écrit et illustré par nos enfants dans le cadre du concours Calamagui. Je m’émerveille, chère maîtresse, du travail de patience et de longue haleine qu’un tel projet représente pour des enfants de 7 ans.

Quand j’étais en CE1, je noircissais des cahiers. Quand j’avais 10 ans, je voulais être écrivain… Et puis bien sûr, on se rend vite compte que tout de même, ce n’est pas sérieux. Etre écrivain, ce n’est pas un métier! Alors quand j’avais 20 ans, j’ai voulu travailler dans le luxe. Vous connaissez la suite…

MERCI, chère maîtresse, d’allumer chez nos enfants cette étincelle d’écriture, cette idée que oui, tout est possible, et de leur donner la joie de pouvoir tenir LEUR livre entre les mains.

Nos chers bambins n’ont pas gagné, la compétition était rude, mais le plaisir d’écrire, lui, restera, j’en suis sûre.

Pour le reste, donnons-leur rendez-vous dans vingt ans, même jour même heure mêmes pommes. On verra bien quand ils auront trente ans…

cheremaitresse aurelietramier histoiredebouh ce1 lfjrenoir munich concoursdecriture roman ecriture monpremierroman instabook bookstagram mamanfiere chroniquedunemamanconfinee passion bruel @monlivrecalamagui